Archives pour la catégorie MON ANNEE AU QUEBEC

Des nouvelles de la France..

Un bon bout de temps que je n’avais pas complété mon blog.. J’étais habituée pourtant à le mettre à jour régulièrement en y rajoutant de nouvelles photos de mon périple! et bien qu’est ce qui se passe Laetitia ?? Faut dire que le retour en France, c’est devenu la routine…Je suis pourtant dans une des plus villes du monde,Paris ! (bon promis, je mettrais des photos de la Tour Eiffel, des Champs Elysées…). Enfin, il faut dire que le choc culturel est grand entre le Québec et la jungle urbaine parisienne! Les coups de klaxons, les embouteillages, les gens pressés, mais dans quel pays de sauvage je vis !

Pour ceux qui ne sont pas au courant, je travaille dans le 15ième arrondissement de Paris comme secrétaire dans une petite entreprise de chauffage plomberie en CDI.. euh pardon en CNE…Le boulot me plaît (enfin!). Un boulot que j’ai décroché au bout d’1 semaine une fois arrivée sur Paris ! Après dire, si mon expérience au Québec m’y a aidé, je ne sais pas.. Toujours est-il que pour 4 candidatures envoyées,les 4 m’ont répondu!

Voilà donc pour les toutes dernières nouvelles, rien d’extraordinaire, la routine est revenue au grand galop :p, mais ça fait du bien de se poser un peu! 

« Voilà, c’est fini.. »

Comme dans la chanson de Jean-Louis Aubert : « voilà, c’est fini…. », l’aventure au Québec se termine pour moi dans 15 jours… En laissant derrière moi une petite tranche de vie qui n’a duré que 10 mois mais qui a été forte en expérience… Québec, Montréal, Toronto, New York, les baleines, les – 40°C, le marché du travail nord-américain…Avec l’impression de ne pas en avoir encore assez fait, assez vu… Oh oui, éternelle insatisfaite que je suis ! Mais n’est ce pas déjà beaucoup? Je n’aurais pourtant pas vu autant de choses si j’avais pris, il y a 1 an mon projet de départ au Canada comme trop fou….

Voyons voir ce que mon expérience ici m’apportera en France au niveau professionnel. Sans doute rien… Je ne reviens pas bilingue, me diront les employeurs…Après tout, être parti avec son sac à dos sur le dos à 6000 km de la France, ça passera sûrement inaperçu sur mon CV… Sans commentaire…Les employeurs français remarqueront surtout que je n’ai même pas mon BTS et ne me laisseront même pas une chance si je postule à 500 km de distance…

Oh oui, je vais regretter la mentalité au travail nord américaine! Ici, peu importe l’expérience que l’on peut avoir, seule compte la motivation et la personnalité du candidat… Pas de lettres de motivation « lèche bottes » comme je les appelerais en France. Augmentation de salaire au bout de 2 mois (pour ma part, ça été le cas) etc etc et j’en passe…

Alors, pourquoi un retour en France, me diront certains?

J’aime la France (et oui, il n’y pas de honte à le ressentir!). Je me sens à 100% française, ce qui ne m’empêche pas d’avoir toujours cette envie de voyager, d’en découvrir toujours plus… Peut-être d’ailleurs un projet fin 2008-2009 dans un autre pays, une suite au pays « du grand froid, du très grand froid » (citation d’un journaliste pour un reportage sur le Canada, ça me fascinait « à l’époque »!). Avec pour objectif : enfin parler et comprendre correctement l’anglais! Ce sera un tout autre défi ! La suite au prochain épisode… Peut-être aurais-je tout simplement envie de me poser dans un petit coin perdu en Bretagne ou en Provence…

Une chose est certaine à mon retour : je m’achète la carte 12-25 de la SNCF! Avec un petit passage vers Lorient, La Rochelle,Vannes etc et le marché de Noël de Strasbourg en décembre (en passant, les français, si y’en a de motivé à m’accompagner..).

Donc voilà, conclusion, le 28 octobre, retour sur mes terres d’origine, sans regrets et que de bons souvenirs!

Ps : il paraît que je parle un peu avec les intonations québécoises avec les québécois. D’ailleurs, je commence même à trouver aux français un léger accent (comme disent les québécois, avec le parler avec « la bouche en cul de poule » :p). Tabarnak, çô pô d’ bon sens!

La fin approche..

Et bien voilà, la nouvelle tombe ! Mon retour en France se fera le lundi 29 octobre ! Ne croyez pas que j’ai décidé de mon retour sur un coup de tête, cela fait au moins 2-3 mois que je pensais revenir cet automne… En tout cas, je ne pense pas avoir de regrets. Je vais profiter du mois de septembre et octobre pour voyager ! Après tout, je suis venue au Québec pour ça.. Donc à la fin du mois, camping dans les parcs naturels, septembre, arrivée des  »maudites Françaises » qui se reconnaitront Tire la langue avec au programme balade au Lac St Jean et région du Saguenay, enfin Boston aux USA, Ottawa, Gaspésie,etc.. Je ne pourrais pas tout faire mais au moins je vais profiter pendant les vacances que je n’ai pas eu depuis mon arrivée au Canada. ‘stie que je suis tannée !!!

ok, 6 mois, pis ?

suite de « 6 mois au Québec »….

17 janvier 2007 – 13h – embarquement dans l’avion qui traversera l’Atlantique et qui ira se poser sur un autre continent, à des milliers de km de la France.. Premiers accents québécois…Tout autour, des québécois rentrant chez eux et des français désireux de profiter de leurs vacances (dans le pays des cabanes en bois, du sirop d’érable, des traîneaux à chiens, leur image du Canada…) à 5800 km direction le grand nord québécois….A travers le hublot, une grande étendue blanche…l’avion se pose avec difficulté sur la piste d’atterissage verglacée. Température extérieure annoncée : -25°C. Neuf mois de préparation avant de faire le grand saut. Cette fois-ci, l’aventure a bien commencé…Descente de l’avion, passage des douanes. Malgré la langue commune, il s’agit bien définitivement d’un autre pays. Présentation du passeport, questions de routine du douanier, premier drapeau canadien, attente devant la porte du bureau de l’immigration. Ici et là, des français, des indiens, des chinois attendent. Le visage du Canada… 1 heure après, en poche, le précieux sésame, ce fameux bout de papier qui concrétise des mois et des mois d’attente, de recherches sur le pays, la culture, le marché du travail et le premier « Bienvenue au Canada ».

19 juillet 2007…6 mois, ok pi? un visa arrivant bientôt à sa fin…6 mois de voyages et de rencontres.. Et pourtant… Les uns repartent, d’autres restent…L’aventure se terminera dans 4-5 mois, sans regrets, juste des bons souvenirs…Pas de bagages donc posés au Canada.. Ce pays ne sera qu’une étape vers probablement d’autres horizons…

6 mois au Québec..

17 janvier 2007, 6 mois de voyages, de découvertes, de rencontres et d’emmerdes…..6 mois d’expérience hors du commun, 6 mois et dernière ligne droite….

 De voyages……

 Québec, Montréal, Toronto, Ottawa, Tadoussac, New York prochainement….. Des villes toute aussi différentes les unes des autres. C’est ca, le Canada,… la diversité….Des villes à la nord américaine (Toronto, New York aux USA), à l’européenne (Québec avec son cachet, son côté très français, Ottawa et son style british), les entre-deux (Montréal), et les petits villages à la québécoise avec ses maisons aux façades colorées, bordés par des lacs et des forêts, ses ponts couverts,  (Tadoussac, Baie St Paul)….

 Les parcs nationaux canadiens…. Parc du Mont Tremblant, Parc du Saguenay…. La nature à l’état brut, des randonnées avec la sensation d’être au milieu de nul part… C’est ca le Canada…..l’immensité….Un pays grand comme un continent, la province du Québec 3 fois plus grande que la France, avec une densité de population très faible.. Et seulement 6 millions d’habitants…. aucun bruit de circulation, juste le chant des oiseaux. Rencontre avec des ours, des castors, des marmottes, des caribous, des écureuils et même des baleines….

 Des découvertes…….

 Perte des repères et découvertes des hivers très rudes, des – 40 C et de la sensation du froid polaire qui pince et qui fait mal…..De l’accent québécois bien difficile à comprendre au départ, leur parler parfois bien différent du nôtre mais qu’on s’approprie rapidement…. De la musique canadienne (les Cowboys Fringants,  Tricot Machine, Les Aïeux, Arcade Fire, etc..)…. Des relations hommes-femmes (aux femmes de faire le premier pas…)…Du marché du travail et des lois du travail bien différentes des nôtres…. Que de choses différentes mais qui font partie de notre ordinaire maintenant….

 Des rencontres……..

 Beaucoup de Français(es), des rencontres habituelles, des rencontres le temps d’un soir….. Pas de mauvaises, que des belles rencontres… Des personnalités parfois bien différentes mais complémentaires : la même envie de découverte et de voyages…Des soirées dans des restos, des bars, des road trips de 20 h de route le temps d’un week end…. Toujours quelqu’un partant pour aller traverser le pays, sac à dos sur le dos…..

Peu de Québécois(es)…..Presque un challenge de se lier avec des québécois pur laine.  Constat de beaucoup de francais… Très ouverts mais en apparence…. Cause différence culturelle ? ou simplement autre mentalité ?

Des emmerdes………..

 Découverte de la mentalité au travail nord-américaine, licenciement jugé en France comme « sans cause réelle et sérieuse », des jobs ennuyeux…. Une colocation pas forcément très réussie…. Une recherche d’appartement pas dispendieuse pas très fructueuse….. Des personnes de France connues depuis une dizaine d’années qu’on ne retrouvera pas au retour……

Des emmerdes mais qui ne représente pas grand-chose face à la belle expérience vécue ici……

  6 mois déjà de passés, mais il en reste encore 6…………..

L’aventure ou la sécurité.. à vous de choisir

TIRE DU FORUM PVTISTES.NET :

Citation:

Posté par kracoucass Certains d’entre vous se demandent si ils auraont les c******* de faire un PVT aventurier! Jai envie de vous repondre que a partir du moment où vous quitter la France pour venir ici, sans travail et sans logement, bah oui les c******* tu les as deja!! Tu as quitté ta petite vie francaise, ton petit train train, ta securité, tu as dit merde aux clichés de la vie ideale qu’on nous impose et tu as sauté dans l’avion! Si cest pas de l’aventure ca?!!

Salut les PVTistes,N’étant pas moi même PVTiste, je vais la jouer très français moyen et vous faire la morale sur quelque chose que je ne connais pas.

Sérieusement… Si vous devez retenir une chose, relisez la citation ci-dessus. Si vous doutez de la valeur de votre PVT, relisez la citation ci-dessus. Si vous pensez que votre vie est à chier, relisez la citation ci-dessus (et regardez au sud de l’équateur ce qui se passe). Si vous… Ok vous voyez où je veux en venir.

Gravez-là, apprenez-la par cœur, modifiez la pour la faire votre, faites ce que vous voulez avec cette citation, mais SOYEZ FIERS ! Maintenant, plus tard, toujours, SOYEZ FIERS de l’avoir fait.

C’est vous les aventuriers modernes, c’est vous la minorité qui se réveille, c’est vous l’élite (ok c’est mon côté nord américain qui ressort là).

C’est pas un Plan de Vie tout Tracé, c’est pas non plus un Programme aventure Vacances et Tourisme (putain ça fait Club Med ça, je vais leur vendre le slogan). C’est une décision consciente de votre part de mettre au placard la facilité et de faire la démarche de regarder ailleurs comment ça se passe… Et ça, ça n’a pas de prix !
Franchement… La France, LE pays le plus social du monde, LE pays où il fait bon vivre (du point de vu « sécurité / confort » j’entends). Vous quittez ça et vous vous demandez encore si vous n’êtes pas trop axé « sécurité » ?
La sécurité, vous savez déjà ce que c’est. C’est manger devant le JT de 20h, voir oh! Canal+, se taper Foucault le week-end avec les parents, bachoter son bac +15 au frais de la princesse et chercher son RMI en chaussons de l’autre côté de la rue, en râlant quand même un peu, cause que les saisons c’est plus ça, y fait froid pour juin, qu’est-ce qui foutent les politiciens ?

Quant à « l’Aventure » avec un grand A, c’est qu’une question de définition personnelle. En banlieue il semble que brûler des voitures soit devenu une aventure (alors qu’il n’y a franchement rien de plus facile, 40l d’essence montés sur 4 roues en caoutchouc, ça demande qu’à péter). Pour certains c’est Eroll Flynn avec une cape et une épée, pour d’autres c’est traverser un pays avec un sac à dos et un canif…

D’après-vous, entre Christophe Colomb qui embarquait sur les plus beaux et plus robustes navires jamais construits, monnayé par rien de moins qu’une Reine et qui faisait sa petite prière tous les matins en regardant les matelots suer sang et eaux, et à la même époque les franciscains qui continuaient d’enseigner que la Terre été ronde, sachant qu’ils seraient brûlés vifs en place de grève pour hérésie. C’était qui l’aventurier ?
Personnellement, moi ce soir, dans ce forum, je ne vois QUE des aventuriers.

100 jours au Québec..

  Et oui déjà 100 jours que je suis au Québec et ça se fête ! Alors, voici les dernières p’tites infos pour ceux qui ne connaissent pas mes folles aventures à québec.

Concernant, le travail, je suis toujours dans la même boîte que celle qui m’a embauché les premiers jours où je suis arrivée. Donc, de ce côté là, vraiment pas de pb ! Trouver un CDI en 5 jours, c’est quand même beau ! Déjà première grosse différence avec la France, on passe pas 1 an à essayer de décrocher un CDI ! Deuxio, le salaire… je dirais que j’ai le même pouvoir d’achat que si je bossais 35h en france avec seulement 26h. Pour info, le salaire minimum ici, c’est 7$ de l’heure et je suis payée 14$. En plus, j’ai été augmenté en même pas 1 mois (encore grosse différence avec la France !). Les employeurs sont ici plus ouverts, plus dispo , tout se règle en 5 min, augmentation de salaires, contrat, congés (enfin, le peu qu’il y a (15 jours).- on passe pour des feignants à coté avec nos 5 semaines), pas besoin de s’emmerder avec la paperasse (pour exemple, je n’ai jamais signé ici de contrat de travail). Tercio, certaines conditions de travail.. (ben oui, je travaille chez les inspecteurs du travail, donc je suis bien placée pr savoir comment ça se passe :) ) Certaines personnes travaillent jusqu’à 60h par semaine ! (bon avec une grosse paye qd meme !) Et ils ont droit de travailler après les 65 ans, donc ici ca ne surprend personne de voir une personne de plus de 70 ans comme caissière..(certaines personnes par choix, pas par obligation) En france, on crirait au scandale, ici, c’est normal.

Bref, en France, arretons de chialer ! (=se plaindre) (notre réputation ici, ils ont pas tord qque part) Donc voilà, mon aperçu du marché du travail au Canada..

Côté appart, et bien… j’en ai plus fin mai ! Mon cher coloc, s’étant remis avec sa femme, trouvait qu’on serait un peu serré.. donc dehors..Tant mieux de toutes façons, il me pogne les nerfs ! (= m’énerve). Donc je cherche un meublé à pas cher, au bail, c’est pas gagné d’avance….

Et les Québecois, sont-ils fidèles à leurs réputations ?? Bon, je dirais oui, disons qu’ils sont plus ouverts que les français…Ca m’est aussi arrivé d’attendre le bus et qu’on me demande où j’allais et qu’on m’emmène à destination (bon, je vous rassure, c’était un couple de retraités de 70 ans..). Ici, il vaut mieux tutoyer les gens (vouvoyer, ca fait snob soit disant). Donc, ici, faut s’attendre à, quand on rentre dans un magasin, « allo, tu vas bien ? » (heing, on se connait ??).

Moi, la petite française, je me fais repérer avec mon « maudit » accent.. J’ai toujours droit à des « vous venez d’où exactement en France ? »

Côté négatif chez les québecois, leur côté polleur ! Et oui, ce sont des nords-américains, pas des européens (ils pollueraient soit disant 2 fois plus que les européens). Vas-y que je conduis des grosses voitures bien gourmandes (la seule petite voiture ici, c’est la Yaris), que je laisse les lumières allumées et la télé 24h/24, 7 jours/7 (pas que chez mon coloc, apparemment, ça a l’air dêtre partout pareil..)

J’ai pas rencontré tellement de québecois finalement pour l’instant.. Les seules personnes que je vois régulièrement sont des…français !

Côté temps, enfin l’hiver est parti ! Plus de – 40°C ! Dimanche dernier, on a eu encore une bonne chute de neige (40 cm à montréal), 1 semaine après, l’été (25°C) !!!! Donc le temps change trèèès vite ici ! Ici, c’est une chaleur humide, avec + 40°C en plein été (eh ben, on va regretter l’hiver avec ça…). Quand on sort en ce moment, et qu’on voit tout le monde dehors, dans les rues, sur les terrasses de cafés, on se demande d’où ils sortent tous ! (l’hiver, c’est sûr on voit moins de monde dehors à se promener !). Enfin, l’été s’en vient et je prévois de grosses sorties (rando dans les parcs, au Nord du québec, en Gaspésie, aller voir les baleines au fjord du saguenay, Toronto et les chutes du Niagara, New york (si, si !! 3-4h de route de Montréal), etc… le hic ici, c’est que canada=voiture obligé ! En plus, pr aller d’un endroit à un autre, faut bien compter 13h de route (ex, gaspésie), 3 jours non-stop pour traverser le pays d’est en ouest…….

Alors voilà les nouvelles, que de choses à raconter qd on passe plusieurs mois icitte ! En tout cas, conclusion au bout de ces 100 jours, bonne impression du québec, « s’tie, je capote mes chums ! C’est ben l’fun icitte ! C’est pas plate ! C’est ben correct ! (oui Julien, fallait que je la place celle là hihihi)

JE FUIS…

Un article intéressant de Lilou, notre « marraine » en quelque sorte pour tous les pvtistes, créatrice du site pvtistes.net (je fais la pub d’ailleurs pour ce site qui m’a permis d’aller y piocher toutes les infos nécessaires pour m’installer au Canada) :

« Je fuis le job auquel je me rends tous les jours, je fuis cet ascenseur pris et repris, cette rue maintes et maintes fois empruntée, ce voisin que je n’apprécie même pas, ce métro que je connais par cœur. Je fuis mes incertitudes quant à mon avenir, professionnel et personnel. Je fuis une routine, pas déprimante, loin de là, mais pas bien trépidante pour une jeune fille de mon âge.Je recherche une vie plus inconsciente, plus libérée, je recherche des challenges, des difficultés, des expériences, bonnes ou mauvaises, ayant pour point commun de m’apprendre ce que je crois connaître du fond de ma petite vie tranquille, de me forger, peut-être même de me changer. Je recherche un moyen de ne pas m’entendre dire dans quelques années, « j’aurais tant aimé… », « si j’avais su… », de regarder derrière et devant moi en me disant que ma vie vaut la peine d’être vécue, qu’elle me correspond, qu’elle correspond à mes attentes, qu’elle comble mes incertitudes et mes angoisses. Bref, on peut dire que je recherche à atteindre le bonheur tel qu’il est défini dans mon dictionnaire, à le toucher du doigt, ne serait-ce que temporairement, ce qui serait, je le sais, déjà une chance en soi.C’est pourquoi je suis aujourd’hui, lundi 2 juillet 2007, sac à dos sur le dos, dans une ville de l’île du sud de la Nouvelle Zélande.

Plus de six mois se sont écoulés depuis que mon aventure de PVTiste en Australie a commencé, six mois pendant lesquels j’ai été professeur de français à Sydney, j’ai voyagé en Tasmanie avec ma maman venue me rendre visite, j’ai vécu une jolie histoire d’amour à Melbourne, j’ai travaillé près de Cairns pendant trois mois en tant que ramasseuse et emballeuse de fruits, j’ai voyagé sur une côte est aux paysages déconcertants, aux eaux turquoises, au soleil de feu, j’ai rencontré des gens géniaux, des copains d’un soir, des coups de cœur de quelques semaines, des gens que j’aimerais appeler « amis » à plus long terme.

Ces six mois sont de loin les plus marquants, les plus beaux de ma vie et je sens que ces six mois se transformeront bientôt en ces neuf mois puisque je prévois de traverser l’Australie du sud au nord, en passant par le désert et que c’est en Asie que je m’envolerai ensuite, direction Singapour, la Thailande, le Laos, le Cambodge, le Vietnam, la Malaisie, l’Indonésie…

Ai-je trouvé ce que je recherchais ?

Libérée… oh que oui ! Inconsciente ? Hummm… Je dirais plutôt aventurière. Ma vie de voyageuse solitaire, mon saut en parachute, oui on peut dire que je me suis fixée de bons challenges ! Des difficultés, j’en ai connues et des expériences, c’est bien de ça que sont faits ces six mois australiens !

Me changer ? Je crois bien que je n’ai pas pu y échapper…

J’aime ces changements qui se sont effectués sur ma façon de voir la vie, de la prendre plus sereinement, de mieux cibler les choses qui valent la peine que je m’y intéresse et celles qui ne méritent pas plus que mon indifférence. Mon initiation à la méditation pendant dix jours dans un temple thaïlandais début août, je l’attends, j’en espère, j’en suis sûre, elle m’apportera elle aussi !

Ici, pas de « si », pas de « j’aurais aimé », je veux… si je peux… je fais !

Quant à mes attentes, elles restent souvent dans le flou et mes angoisses ne me lâchent pas par moment. Ces deux-là sont sans doute des camarades plus ingrates que les autres…

Alors ? Suis-je heureuse ? Ma vie me convient-elle ? Suis-je prête à vivre ainsi pour de bon ? Que fuis-je encore ? Quelles sont ces choses que je recherche ?

Je fuis un sac à dos trop lourd, ce geste tant de fois fait d’une main à la recherche d’un vêtement, d’un médicament, d’un objet dans un sac à dos énorme, que l’on peine à fermer, geste souvent vain qui conduit à un abandon désespéré mais devenu commun avec le temps…

Je fuis un manque de confort évident, je fuis l’instabilité, ces rêves les yeux ouverts que je fais en pensant à ma famille, à ma chambre, à la rue que je prenais pour aller chercher le pain, à ces rares magasins ouverts le dimanche auxquels je me rendais après être allée au marché, à ces journées télé, ordinateur, pyjama.

Je fuis ce sentiment étrange, lorsqu’on vit dans un van, de n’avoir nulle part où aller avant l’heure de se coucher, cette impression de errer en attendant que le temps passe, de ne pas avoir de toit, car la nuit tombe à 5h30 et qu’allumer la lumière de notre home sweet home engendrerait, à coup sûr, la mort de sa batterie.

Je fuis ces recherches intensives menant à des intrusions inconfortables dans des auberges dans l’unique but de prendre une douche – dans les meilleurs des cas – je fuis ces journées sans douche, qui, à la longue, deviennent pesantes…

Je recherche un peu plus de stabilité, un peu moins de tracas relatifs à l’argent. Je repense à ma vie passée, à ma vie posée, à ma vie que j’aimais beaucoup, tout en voulant la fuir pour les choses que je vis aujourd’hui et qui me ramènent à elle, envieuse de l’ancienne moi, qui rêvait tellement d’être mon moi actuel…

La vie « routine », pour dire les choses de façon assez simpliste et la vie de backpacker ont pour point commun de trouver dans l’autre le moyen de combler leurs propres failles. L’action vient animer une vie trop stable et la stabilité vient apaiser une vie sans doute un peu trop active.

Comment trouver un juste milieu ? Un milieu qui m’apporte un peu de chaque mode de vie ? Vais-je toujours ressentir un manque, une frustration, un désir d’autre chose ? Vais-je toujours chercher à fuir quelque chose que j’ai et rechercher ce que je n’ai pas ? Est-ce le résumé de tout ? Est-ce ce qui explique que parfois j’envie des gens qui m’envient tant, moi qui voyage, ici et là ? Est-ce pour cela que sûrement, lorsque j’aurai retrouvé le genre de vie que je menais avant, avec un job, un ascenseur, un voisin, un métro, une routine, je sourirai en pensant à ces années où je voyageais ?

Ce qui est sûr, c’est qu’on ne m’entendra pas dire « j’aurais tant aimé » ou « si j’avais su »… »


CALENDRIER

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Commentaires récents

  • Album : Londres
    <b>img0268.jpg</b> <br />

Qui suis-je ?

lapvtiste

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Pages

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


festa a Orta.... |
Stage en Nouvelle Zélande &... |
InfoSafi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | moimeme1969
| Le Grand Turc
| Rénovation du Riad Zitouna ...